J+99 S’improviser guide touristique !
Amérique du Sud Défi Equateur Quito

J+99 S’improviser guide touristique !

Défi n°88 suggéré par Loick Bennevault suite à la perte d’un jeu : « Organiser une journée de A à Z en devenant guide touristique ».

 

Effectivement, cela fait plusieurs jeux de suite que je perds, c’est pourquoi Loick m’a trouvé le pari d’organiser une journée bien ficelée et d’endosser le rôle de guide touristique ! Étant donné qu’on avait encore rien vu du centre de Quito, nous avons décidé de réaliser ce pari maintenant, la tâche étant d’autant plus compliquée, que cela fait 2 jours que l’ordinateur ne s’allume plus malgré nos multiples essais… C’est donc munie de plusieurs cartes touristiques et du téléphone de Loick pendant quelques minutes que j’ai pu rapidement établir un petit itinéraire pour la journée.

 

Du coup, une journée au beau fixe qui commence par des crêpes au petit déjeuné avant de commencer notre périple. Muni des cartes, du carnet avec les infos et de l’appareil photo, nous voilà en chemin pour une première destination, pas très intéressante, puisqu’il s’agissait du réparateur Apple. On a déposé mon ordinateur pour qu’il établisse un diagnostic après lui avoir expliqué les nombreuses galères auxquelles on a été confrontés. Rendez vous dans quelques heures pour obtenir enfin une réponse (en espérant que cette « réponse » ne coute pas trop chère).

 

En route pour notre visite, notre premier arrêt se fait au niveau de la place Borja Yerovi où l’on retrouve des maisons construites dans les années 50 et peintes par des artistes locaux. Cela en fait une place à l’atmosphère bohémienne, petite mais tout mignonette. Depuis cette place, on peut également observer l’Église Santa Teresita, construite au 20ème siècle dans un style bien gothique. Par chance, c’était ouvert et nous avons pu entrer dans ce bâtiment aéré, très sombre mais avec des vitraux vraiment très jolis.

 

 

 

Nous sommes ensuite arrivés au Parc Ejido, célèbre parc du centre qui était chargé d’une histoire bien glauque. Du 16ème siècle jusqu’en 1920, c’était tout simplement un camp de punition sympathique où l’on pendait les criminels, c’est pourquoi ils ont laissé des pilotis ou du moins des monuments en référence à ce passé. C’était également un lieu de sépulture des dissidents et des protestants. Et si ça suffisait pas, c’est également le lieu où en 1912, une foule en colère a tout bonnement brûlé le corps du président et de ses disciples, en toute dilettante (d’où la statue du président, une torche à la main). Bref, dans tous les cas, maintenant c’est un petit parc sympa avec des jeux pour enfants (le tout construits sur des corps, normal.)

 

 

 

Un parc en entrainant un autre, nous voici dans le parc de la Alemada. De la même façon, c’était également un lieu où on tuait les criminels à l’époque (ça devait être sympa les sorties au parc le dimanche). Cela se faisait au niveau de la « Churo de Alemada », le plus ancien mirador de la ville, pour permettre aux criminels d’avoir la vue sur la basilique, histoire de punir leurs pêchés en gros. Encore une fois, maintenant c’est un parc sympathique, avec un petit coin d’eau, des fontaines, un observatoire astronomique (avec toujours une petite dédicace aux français) et le parc se termine avec une grande sculpture de Simon Bolivar, offerte par les Vénézuéliens.

 

 

 

De la fin de ce parc, et même d’un peu partout en ville, on peut observer la vierge du Panecillo, l’emblème de la ville, une sorte d’ange qui vieille sur les habitants. De là haut, on peut voir le champ de bataille où le maréchal Sucre a battu les espagnols pour la guerre d’indépendance, d’où ce lieu d’autant plus symbolique. On a pas été voir cette vierge de près parce que c’était beaucoup trop loin et pas forcément très intéressant à notre avis. Nous sommes plutôt rentrés dans le centre historique, en commençant par la rue la plus ancienne de la ville, le quartier de la Ronda.

 

 

Nous avons ensuite enchaîné avec le quartier San Francisco avec une église franchement à couper le souffle. C’est la première fois qu’on reste vraiment choqués dans un église qui était juste sublime et surtout hyper chargée ! Et puis dans tous les cas, c’est le plus grand ensemble architectural colonial d’Amérique du Sud avec 13 cloitres, 3 églises et le tout sur 3 hectares, rien que ça ! Quelques rues plus tard, nous sommes tombés sur la Compana, encore un exemple de baroque latino-américain, tout en bois sculpté et avec une nef où il y a des feuilles d’or de 23 carats, OKLM.

 

 

Puis, nous sommes arrivés au cœur de notre visite, la Plaza Grande qui n’est pas sans rappeler celle de Cuenca ou celle d’Aréquipa. Sur cette grande place pleines de pigeons, il y a bien entendu une cathédrale, le Sagrario et surtout le palais de Carondelet qui n’est autre que le siège du gouvernement qui est visitable mais pas le lundi bien entendu… On a choisi de se poser dans un petit endroit un peu caché sur la place, pour prendre un verre et récupérer la wifi pour avoir des nouvelles de notre petit ordinateur laissé en pension. Il nous a dit ne pas avoir trouvé la solution pour le moment, il soupçonnait un problème de carte mère, et nous a dit de revenir dans 2h.

 

 

Nous avons terminé par le San Augustin où se trouve le premier document d’indépendance qui date de 1809, puis nous avons visité La Merced, un temple catholique de 1747 très joli. Enfin, notre dernier arrêt a été la fameuse basilique très imposante, visible un peu partout en ville. Il a fallu ensuite retourner voir l’ordinateur avant de poursuivre notre périple. Quelques kilomètres plus tard, devant le réparateur, le verdict tombe ! Cela ne venait pas de la batterie mais de la pièce connectée au chargeur qui ne fonctionnait plus, puisque certains capteurs avaient grillé. Cela était surement dû à notre fameux chargeur Bolivien, non officiel, qui n’avait pas le bon voltage. Bref, on a donc payé cette nouvelle pièce, la réparation et le nettoyage, ainsi que le chargeur officiel pour 200$. Soulagés qu’il fonctionne enfin, que la batterie ne soit pas remis en cause, tout rentre dans l’ordre (pour le moment).

 

 

 

 

Pour la suite, j’avais prévu que l’on prenne le téléphérique, l’un des plus haut du monde, pour permettre un panorama très sympathique pour un coucher de soleil. Malheureusement le temps n’étant pas du tout au rendez-vous, on a du annuler cette fin de journée. Nous sommes rentrés après 11km de marche en ville, et nous avons préparé un bon hamburger et frites maison avec des fraises en dessert pour terminer en beauté cette bonne journée. Et Loick l’a confirmé, le défi a été validé ;).

 

 

 

Prochaine destination : Quito pour notre dernière journée, des idées?

 

 

Vues récemment

J+353 Le grand retour !

J+352 L’alphabet des villes…

J+351 Terminer nos tatouages…

J+349 Rencontrer Himanshu…

J+348 Dire Chalo Chalo au conducteur !

Disqus shortname is required. Please click on me and enter it

LEAVE A COMMENT

%d blogueurs aiment cette page :