J+95 Saut à l’élastique !
Amérique du Sud Baños Défi Equateur

J+95 Saut à l’élastique !

Défi n°84 proposé par Clémence Souchet : Réaliser un saut à l’élastique !

 

Est-ce qu’on a signé plus ou moins consciemment pour se jeter du haut d’un pont pour 40m de chute libre et 100m de hauteur? Je crois bien que oui. Est-ce qu’on en avait marre de la vie et qu’on souhaitait frôler la mort d’un peu plus près? Apparemment. Est-ce que l’on parle bien d’une meuf qui a le vertige et d’un mec qui a écrit « je ne serais jamais cap de sauter à l’élastique »? Il semblerait. Alors comment on s’est retrouvés là? Et bien, vous en avez de bonnes questions. Disons qu’après avoir lu le défi de ma cousine, Clémence, on en avait rapidement parlé en se disant que ça pourrait éventuellement être sympa, si on souhaitait en finir avec la vie, un jour. Puis, en arrivant sur Banos, nous sommes allés dans cette fameuse agence, Wonderful Ecuador, pour se renseigner davantage sur les activités aux alentours. De fil en aiguille, on observe que le saut à l’élastique est au programme et que cela coûte seulement 20$. Étant donné qu’on allait prendre plusieurs activités chez eux, et qu’il nous proposait un prix pour le tout, on a dit oui. Voilà exactement, en toute détente on venait de signer un plongeon dans le vide pour 15€, une mort relativement abordable me direz-vous. Sur le coup, on a pas franchement réalisé ce qu’on venait de faire, on y a même pas vraiment songé globalement. Ce n’est qu’en rentrant à l’auberge qu’on s’est dit qu’on était complétement barges et qu’on avait bien dit qu’on le ferait jamais ce truc-là. C’est quand même un peu con d’aller sauter d’un pont retenu par deux élastiques, géré par des sud américains, au beau milieu de la forêt équatoriale alors que tout allait très bien sur cette vie terrestre. Hier nous avions une journée plutôt remplie qui a évité qu’on y pense, malgré que Loick appréhendait déjà un peu le moment. Pour une fois que ce n’est pas moi qui appréhende pour une activité, enfin, arrivés le jour J, tout le monde à la même enseigne. Le stress était présent des deux côtés, au point qu’on ai tout de même réaliser (pour rire rassurez vous (quoique…)) une vidéo de dernières volontés et que nous avons dit à nos mères respectives que nous les aimions. Non sans rire, on était pas hyper sereins, on était à deux doigts d’annuler et je répétais à Loick qu’une fois là haut, il était clairement possible que je fasse un blocage et que je n’arrive pas à sauter. Faut savoir qu’en début de séjour, j’ai réussi à être coincée sur un arbre à quelques centimètres du sol parce que j’étais stressée par la hauteur. Loick avait du venir me chercher. Ceci étant dit, nous nous sommes dirigés, d’un pas semi-décidé à l’agence pour pouvoir faire le saut. On s’oriente donc vers notre mort certaine et une fois sur place, personne de présent, une mince installation était visible au milieu du pont. Les gars étaient en pause déj’, un peu éparpillés mais vous dérangez surtout pas les gars, on va attendre, on est pas pressés et puis dans tous les cas on sait même pas ce qu’on fait là. Malgré que notre regard voulait très certainement dire ça, ils nous ont rapidement équipé pendant que je leur demandais pour la millième fois si c’était sur, s’ils avaient jamais eu d’accident et si j’allais pas décéder. « Si, si madame, un mort par jour minimum ». Vous vous doutez qu’ils m’ont dit non, qu’il y avait aucun soucis, que tout était très safe, tout en regardant cette hauteur qui me faisait trembler les jambes. « Qui saute en premier? ». Moi, parce que si je vois Loick sauter, jamais j’irais c’est sur, autant se lancer tant que je me pose pas trop de questions. Il m’attache les deux baudriers et me dit de monter sur cette plateforme, de l’autre côté de la barrière. Une plateforme de 50cm2, loin d’être rassurante, une première épreuve en soit, d’autant que le vertige n’aide pas à la stabilité du mouvement. En haut, comment vous dire, c’était haut, trop haut, beaucoup trop haut. Et encore on est sur un saut de type pendule, surement moins impressionnant que les sauts en élastique classiques qui plongent tout verticalement. Dans tous les cas, la difficulté reste la même ; sauter dans le vide. Alors je ne sais pas si le fait de ne pas avoir mes lunettes et de voir un peu moins précisément le vide mais j’ai entendu « uno, dos, tres » et j’ai sauté. Une sensation juste indescriptible pendant ces quelques secondes de chute libre, puis les fils qui viennent te cueillir en plein vol de manière un poil violente et ensuite tu te balances dans le vide telle une poupée de chiffon. Ils te descendent au fur et à mesure pendant que tu réalises qu’à moitié ce que tu viens de faire. Il te lance une corde, te détaches, et tu cours remonter tout ça à pied avec une fierté comme rarement ressentie. Wah, on l’a fait putain, on l’a fait! Peut être certains plus habitués des sauts trouveront pas ça forcément incroyable mais pour nous, c’était vraiment une épreuve, une étape qu’on pensait jamais franchir et pourtant on l’a fait. Soulagés, impressionnés et encore abasourdis, on a regardé nos sauts, acheter les photos et vidéos pour 5$ (bordel c’est pas tous les jours qu’on fera ça croyez moi) et on s’en est allés tout guilleret, savourant la vie, de retour à notre hôtel pour prendre quelques affaires. Défi réalisé !

 

Après ce moment riche en émotion et c’est le moins qu’on puisse dire, on s’était mis en tête d’aller à la « casa del arbor » à 2600m d’altitude, réputé pour être le meilleur endroit pour voir le volcan Tungurahua. Étant donné que le temps était au beau fixe et que la vue était pour une fois un peu dégagée, on s’est dit qu’on grimperait là haut et qu’on testerait la fameuse « balançoire du bout du monde » où tu as l’impression de te balancer dans le vide avec une vue incroyable sur les Andes. On comptait y aller en randonnant bien entendu mais c’était sans compter sur l’envie de conduire de Loick qui se manifeste plus intensément depuis quelques jours. On est donc passés devant une agence de location de véhicules et il en a pas fallu plus pour qu’on signe une location de moto pour 2h pour 25$, comme si on était blindés ^^. En vrai, ça a fait plaisir à Loick même si la moto n’allait pas assez vite à son goût (dans tous les cas, le compteur était cassé) et c’était sympa de slalomer sur les routes de montagnes avant d’arriver tout là haut. Par contre, c’est à croire qu’on voulait défier la mort aujourd’hui, puisqu’on a tout de même réservé la moto sans aucune protection, en short, tee shirt et basket avec un casque bien trop grand pour nos têtes respectives. Et si ça ne suffisait pas, on s’est fait attaqué par un chien à quelques mètres de notre point d’arrivée. Il nous a poursuivi sur quelques mètres mais s’est vite arrêté, il avait juste eu peur de la moto, il était pas méchant pour un sous. Bref, une fois en haut, on a payé 1$ et on a accédé au parc. Un parc qui offrait effectivement une vue vraiment sympathique et dans lequel les grandes balançoires étaient vraiment chouettes ! On a également fait une petite zip line, de toute façon après ce qu’on venait de faire, il en fallait un peu plus pour nous impressionner ;). Une fois encore, ça a été un super moment et globalement ça a été une journée incroyable, qu’on vous partage de suite en vidéo, bon visionnage !

 

 

Prochaine destination : Banos toujours, des idées?

Vues récemment

J+353 Le grand retour !

J+352 L’alphabet des villes…

J+351 Terminer nos tatouages…

J+349 Rencontrer Himanshu…

J+348 Dire Chalo Chalo au conducteur !

Disqus shortname is required. Please click on me and enter it

05 Comments

  1. laurence pasquier

    Bon,alors ça Orane,ça va pas être possible de le montrer à Papy!!!!

    1 décembre 2017 Répondre
    • Orane_Lbt

      Oula ça j’imagine bien, sinon je vais me faire rouspéter !

      2 décembre 2017 Répondre
  2. Christèle

    J’ADORE 😊

    1 décembre 2017 Répondre
  3. fabienne

    trop fort….vous êtes des barges…..Orane tu as fait un magnifique plongeon comme celui que tu faisais à la natation synchro…euh loic…tu souhaitais marcher sur l air….En tout cas bravo pour votre défi!!! bisous

    2 décembre 2017 Répondre
    • Orane_Lbt

      Haha merci maman! C’est qu’ils ont laissé Loick y aller en roue libre, c’est pour ça ^^. Gros bisous 🙂

      2 décembre 2017 Répondre

LEAVE A COMMENT

%d blogueurs aiment cette page :