J+37 Course contre la montre pour prendre le bus
Amérique du Sud Argentine Buenos Aires Défi

J+37 Course contre la montre pour prendre le bus

Défi n°38 : Une course contre la montre pour réussir à prendre notre bus !

 

 

La veille au soir, Christian nous a invité à manger chez lui, il avait préparé 3 pizzas faites maison avec des ingrédients du jardin. C’était juste… excellent ! On s’est régalés et c’était la meilleure façon de passer notre dernière soirée à Los Paraisos 🙂

 

 

 

 

 

Le lendemain, et pour la première fois depuis 14 jours, nous n’avons pas mis de réveil ! Chose encore plus stupéfiante, nous avons émergés à 10h30 soit un total de 11h30 de sommeil, ça s’est à noter dans un calendrier ! Après cette grasse matinée donc, il a fallu faire à manger, tout nettoyer et plier bagages !

Résultat de l’aventure : Plutôt sympathique ! Nous avons préféré cette deuxième expérience HelpX. Christian nous a très bien reçu, le cadre était juste génial, et malgré les heures de volontariat le matin et l’après midi, nous avons pu découvrir les environs et ça nous a bien plu ! Voici donc un petit aperçu de notre boulot, la maison peinte aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur :). Christian nous enverra une photo plus tard, une fois que tout sera mis en place.

 

 

 

On a donc fait nos aurevoirs à tous ces animaux et à ces pâturages à perte de vue ! Christian nous a conduit à bord de son 4×4 Toyota, nous l’avons remercié pour le séjour et nous avons rejoint le terminal de bateau. Il faut savoir que le dimanche il n’y a pas beaucoup de bateau qui circulent et que le premier à partir était celui qu’on avait choisi qui partait à 16h15 pour arriver à 17h30 à Buenos Aires. Et ça faisait 2 jours qu’on se disait que ça allait être un peu short, puisqu’à la sortie du terminal il faut repasser l’immigration, le checkage des valises et pour peu qu’il y ai du monde cela créée énormément d’attente… (Petite suggestion d’amélioration : avoir plus d’un seul tapis de vérification des bagages pour éviter l’attente). Bref, toujours est-il que notre bus pour puerto Madryn que nous avions réservé quittait le terminal de bus de Buenos Aires à 19h. Il fallait donc réussir à attraper un taxi en sortant du bateau à 18h30 au plus tard. En gros c’était tendu mais pas infaisable.

En arrivant donc au terminal de bateau en Uruguay, il y avait une file gigantesque pour l’immigration avec plusieurs départs de bateaux de compagnie différentes. ça a créé un sacré bordel ! Heureusement nous avions pris pas mal d’avance (1h) donc on était dans les premiers à monter à bord du ferry. Le problème : Ils ne sont pas tous arrivés en avance, loin de là. A cause du mic mac, il était 16h30 et nous n’étions toujours pas parti ! Un petit coup de stress supplémentaire quand on entend au micro « quince minutos » ! Il est mignon lui avec ses quince minutos, c’est quince minutos qu’on a pas ! On était déjà pile poil sur le timing, quand le bateau a fini par démarrer à 16h50, on était pas au top du top. Parce qu’en soit ça peut paraitre pas si grave de louper le bus mais on s’assoit sur 200€ (c’est pas un petit trajet le bordel) et sur une résa airbnb. Et puis alors je sais pas si c’est le temps qui tournait à l’orage ou le fait qu’on était pressés mais ça semblait très lent cette traversée. Le bon point ça a été l’arrivée à Buenos Aires. Puisqu’on s’est dit premier sorti, premier servi, on a repérer la porte de sortie à l’extérieur du bateau et on s’est mis devant comme des guetteurs. Du coup on avait la vue sur la mer et la vue sur la ville de Buenos Aires qui était juste magnifique, jamais rien vu de tel auparavant. Surtout que tout autour c’était un temps très orageux, et que seul Buenos Aires était éclairé.

 

 

 

Bref, résultat des courses, il est déjà 18h10 quand on arrive dans le port. Dans nos têtes on se dit que ça semble un peu mal parti cette affaire. Un petit coup de manœuvre (il a quand même réussi à se garer en marche arrière en chréno, GG le capitaine de ce gros bateau) et on nous ouvre enfin les portes à 18h20. Notre sitting aura été utile, nous sommes les deux premiers à sortir du bateau, en courant comme des gens en passent de louper leur bus. Alors on court dans tout le terminal, gros sacs sur le dos, les passeports à la main ! Et fort heureusement personne avant nous, alors on passe l’immigration et les bagages en un temps record. Arrivés dehors, ce sera maintenant l’épreuve du taxi, il est 18h35. On repère tous les taxis garés, on monte dans le premier venu un peu comme dans les films « Suivez cette adresse ». Bon alors dans la vraie vie on parle pas espagnol, alors on lui a sorti nos billets de bus en pointant du doigt l’adresse du terminal. Le plus important c’est qu’il ai compris. « Cuanto tiempo? » « 15 minutos ». Ok pilote, 15 minutes c’est tout ce qu’on souhaite. 110 pesos argentin plus tard et nous voilà au terminal de bus. il est 18h50. On a un nouveau problème, Buenos Aires c’est grand, le terminal de bus s’adapte donc à l’échelle. On avait oublié l’immensité du truc. On s’active, on regarde partout et là on voit notre bus sur les écrans. Il est 18h55, il est annoncé plateforme 21. Croyez le ou non, nous sommes arrivés au niveau du bus à 19h pétante. Missions réussi partenaire. On s’essuie les quelques gouttes de sueurs et on monte dans notre bus, hallelujah !

 

S’en suit une petite mésaventure nourriture puisqu’avec tout ça, on avait mangé que le matin puisque notre bus pour 16h de trajet était supposé nous nourrir. Seulement comme me l’a gentiment dit le copilote « Fin de la semana » donc qui dit fin de semaine, dit plus de ravitaillement. Tu payes pour un service que t’as pas mais y a que nous que ça choque, personne dit rien. Ils ont peut être tous mangés avant. Fort heureusement il s’est arrêté vers 22h et le monsieur est venu nous chercher en mode « C’est maintenant pour vous acheter un truc, vous avez 5 min » . On a donc dépensé nos derniers pesos dans un sandwich jambon beurre et un paquet de chips. Sur ces belles paroles et cette belle fin d’histoire, on va retrouver nos fauteuils hyper confortables (non sans rire, les mieux depuis le début de notre trip) et on vous dit à demain !

 

Prochaine destination : Puerto Madryn !

Vues récemment

J+353 Le grand retour !

J+352 L’alphabet des villes…

J+351 Terminer nos tatouages…

J+349 Rencontrer Himanshu…

J+348 Dire Chalo Chalo au conducteur !

Disqus shortname is required. Please click on me and enter it

02 Comments

  1. Christèle

    En France quand il y a les grèves métro 🚇 / sncf tout le monde court en regardant sa montre ⌚️ pour ne pas être en retard au boulot …. et là nos deux amoureux voyageurs font pareil à l’autre bout du monde 🗺😜

    13 octobre 2017 Répondre
    • Orane_Lbt

      C’est un peu ça, on avoue, on a fait nos français toujours pressés ;).

      15 octobre 2017 Répondre

LEAVE A COMMENT

%d blogueurs aiment cette page :