J+323 Prendre un cobra dans les bras !
Anuradhapura Asie du Sud Est Défi Sri Lanka

J+323 Prendre un cobra dans les bras !

Défi n°230 : Tenir un cobra dans ses mains…

 

Pour cette première journée, nous avions prévu de visiter la vieille ville d’Anurhadapura, en essayant de dépenser le moins possible. En effet, en prenant nos informations, nous avons avons appris qu’il fallait un pass pour visiter les monuments de la ville, et que ce dernier s’élève à 30$ par personne et n’est valable qu’une journée. Autant vous dire que nous avons cherché une solution pour éviter de dépenser autant, et que nous sommes tombés sur cet article, qui nous a convaincu. Motivés par l’idée d’économiser, et en constatant que nous n’étions pas si éloignés des premiers sites, nous sommes partis à pied. 5km nous séparaient de l’un des monuments les plus connu : le stupa Ruwanwelisaya. Le trajet était très agréable car nous avons pu longer les campagnes et les rizières, passer au dessus des rivières, observer les premières ruines, et faire la rencontre des singes de la région en s’approchant du site. Nous avons trouvé les singes ressemblants à ceux croisés en Thaïlande ou en Malaisie, à l’exception de leur queue sur dimensionnée et de leur façon de se déplacer légèrement plus acrobatique ! Nous étions comme des enfants, impatients d’aller à leur rencontre, et en même temps impressionnés par le nombre qu’ils étaient.

 

 

Sous un beau soleil et une chaleur infernale, nous sommes arrivés devant le stupa, imposant, qui s’élève parmi les jardins très secs de la vieille ville. C’est un lieu de culte important et sacré pour tous les bouddhistes dans le monde, et surtout l’un des plus grands avec ses 103 mètres de hauteur (et une circonférence de 290m au passage). Nous avons trouvé ça ressemblant aux pagodes, mais sa forme en dôme et sa couleur blanche nous rappelle les mosquées croisées en Malaisie. Toujours est-il que nous pouvions faire le tour des clôtures pour le photographier, mais nous ne pouvions pas entrer sur le site sans ticket. Un mal pour un bien, on évitera le torticolis pour aujourd’hui ;).

 

 

Une fois le tour effectué, nous avons continué notre chemin en direction de la prochaine Dagoba : Mirisawetiya (autant vous dire que pour demander son chemin, avec toutes ces syllabes, ce n’est pas chose facile !). Nous avons fait 2 petits kilomètres en allant se perdre dans les jardins vraiment très arides. Nous avons pu voir de nouvelles ruines, de nouveaux singes, jusqu’à ce qu’un homme vienne nous voir en portant ses paniers. Intrigués mais persuadés qu’il va en sortir des plats cuisinés à nous vendre, nous commençons à poursuivre notre trajet, c’est à ce moment que, surprise totale, une tête de serpent sort du panier. Ça a suffit à attiser notre curiosité. Choqués et excités, il nous sort sa flûte et commence à poser les deux paniers devant nous. Très rapidement, les deux cobras montrent leurs têtes, attirés par le son et par les mouvements de son poignet. Avec ces gestes, il réussi à les « énerver » et à leur donner envie de l’attaquer. On peut voir leur col se déployer en observant leurs motifs qui semblent avoir été dessinés, leurs petits yeux hypnotisant, et leur manière de plonger en piquet pour aller mordre leurs proies. C’était la première fois que nous avions l’occasion de voir un serpent d’aussi près, et d’assister à ce spectacle envoutant. Après cette petite danse, qui a duré 15 bonnes minutes et qui a rameuté tous les locaux, le charmeur de serpent nous demande si nous souhaitons les prendre. Il nous explique qu’il les a trouvé dans son village à quelques kilomètres d’ici, qu’ils mangent uniquement des souris, et qu’ils sont inoffensifs parce qu’ils n’ont plus de venin.

 

 

 

Hum… Et bien soit, soyons fous ! Après tout, on est de vrais aventuriers, on ne recule devant rien. Nous nous sommes regardés en silence avec des yeux qui voulaient dire : « Est ce vraiment une bonne idée? Est ce qu’il dit la vérité? Que sait-on de cet homme aux paniers avec ses vêtements troués qui débarque de nul part au beau milieu d’une forêt sri lankaise? Est ce qu’on aime pas suffisamment notre vie pour tenter des choses comme ça? ». Trop tard, c’est Loick qui commence, puis je le récupère. Bien que nous ne soyons pas très peureux des serpents, ça fait tout de même bizarre. La sensation des écailles qui glissent sur la peau, la langue que l’on sent nous frôler, la façon qu’il a de s’entortiller autour de nos bras. Ce qui est impressionnant c’est de sentir ses « muscles », ou du moins le fait qu’il semble avoir beaucoup de force, et que son corps peut se tendre rapidement. Une belle transition pour vous parler d’un moment encore plus flippant, le moment où cet homme amusé, décide de ressortir son poing pour exciter le serpent que nous tenons toujours dans les bras. En une fraction de seconde, la tête se redresse, le corps se contracte, et il ne cesse de vouloir attaquer. Une sacrée expérience. Nous avons pris un cobra dans les mains ! Si on s’attendait à ça, ce matin en se levant…!

 

 

Le monsieur a rangé ces paniers et nous lui avons donné ce que nous avions emporté avec nous, soit 200 roupies (1€ c’est pas énorme). On imagine que ça doit être un sacré apprentissage pour réussir à les maitriser comme ça, et nous avons eu de la chance de pouvoir les observer d’aussi près. Avec le recul, nous étions un peu attristés de savoir qu’ils étaient trimballés dans un panier et qu’ils ne doivent plus trop goûter aux grands espaces…

 

Nous avons ensuite poursuivi notre trajet jusqu’à Mirisawetiya que nous pouvions visiter gratuitement. Alors je ne sais pas si nous sommes les seuls dans ce cas, mais nous pensions que l’intérieur de ce grand dôme contenait un lieu de prière ! Disons que la structure est tellement grande que ça nous semblait bizarre de ne pas y entrer, d’autant que ça justifierait le fait de payer une entrée. Quoi qu’il en soit, il s’agit bien d’un lieu de prière puisqu’aux 4 points cardinaux, nous pouvons retrouver un petit bouddha, qui semble bien minuscule face à cet imposant bâtiment blanc, pur et majestueux. Dans celui-ci, nous pouvions voir les briques d’époques et la composition de cette structure grâce à de petits renfoncements. Après cette visite, nous sommes revenus sur nos pas pour rentrer à l’hôtel en cette fin d’après midi.

 

 

 

 

Prochaine destination : Anurhadapura, des idées?

 

 

Vues récemment

J+353 Le grand retour !

J+352 L’alphabet des villes…

J+351 Terminer nos tatouages…

J+349 Rencontrer Himanshu…

J+348 Dire Chalo Chalo au conducteur !

Disqus shortname is required. Please click on me and enter it

07 Comments

  1. Christèle

    Tu parles d’un défi ..🐍😜
    Vous n’etes pas un peu maboule ??

    20 juillet 2018 Répondre
  2. Christèle

    C’est un défi de tordu 🤪🐍 moi je préfère quand vous nous montrer la vie sous-marine 🐠🐟🐡🐳

    20 juillet 2018 Répondre
    • Orane_Lbt

      Aurais-tu peur des serpents tata? Haha c’est vrai que c’est pas un défi très commun, mais c’était une bonne expérience! A dire vrai je préfère aussi être dans l’eau, mais on ne laisse aucun animal sur le banc de touche ;).

      22 juillet 2018 Répondre
  3. jojo

    salut les tourtereaux
    joubardaise winner
    c’est pour vous!!
    bisouilles

    22 juillet 2018 Répondre
    • Orane_Lbt

      Coucou papa,
      On est très fiers que tu es défendu le titre familial !
      Une deuxième étoile sur le maillot de la joubardaise pour les « Louboutin/Bennevault » ;).
      T’es le meilleur (et d’ailleurs tu faisais équipe avec qui?),
      Gros bisous <3.

      22 juillet 2018 Répondre
      • Fabienne tartas

        Oui oui il a été le meilleur mais il a oublié son trophée qui ne demande qu’à prendre sa place dans la pièce du fond… Cuicui bisous à vous

        22 juillet 2018 Répondre
        • Orane_Lbt

          C’est pour rester modeste ;).
          Gros bisous fafa <3

          5 août 2018 Répondre

LEAVE A COMMENT

%d blogueurs aiment cette page :