J+272 Des toucans sauvages…
Asie du Sud Est Défi Koh Yao Noï Thaïlande

J+272 Des toucans sauvages…

Défi n°196 : Observer des toucans sauvages.

 

À la base, le défi d’aujourd’hui était d’aller au « Big Tree », un phénomène naturel de plus de 300 ans, l’arbre faisant partie de la famille des Tetrameles qui enveloppe certaines ruines des temples d’Angkor​. Vous vous doutez qu’il a un caractère sacré et qu’il constitue la majeure attraction de l’île. Nous avons donc commencé par louer un scooter auprès de notre hôtel et nous avons débuté notre découverte de Koh Yao Noi ! Nous avons traversé plusieurs villages, des forêts en tout genre, croisés des mosquées, des villas et des maisons en tôles, et nous avons fini par atteindre le port qui se trouve de l’autre côté. Sur le retour, nous nous sommes arrêtés devant un accident de scooter qui avait laissé un homme blessé par terre. Il était couvert de sang, il avait l’œil fermé et très enflé et ne semblait pas pouvoir se lever. Nous avons proposé notre aide mais forcément, ne parlant pas la langue, nous ne pouvions pas faire grand chose. L’homme s’est mis tout seul en PLS et l’un des hommes qui se trouvait près de lui nous a dit qu’il allait bien et que les secours arrivaient. Fort heureusement, un hôpital avec un service d’urgence se trouve sur l’île. Il s’agit du deuxième accident de scooter auquel nous sommes confrontés en quelques jours. Le dernier avait lieu sur Koh Tao quand une touriste qui ne savait pas trop manier de scooter, a dévalé une pente et ne savait plus s’arrêter. Elle a foncé sur d’autres scooters ce qui l’a freiné dans sa course. Elle a donc chuté et son scooter lui est tombé dessus. Nous avons couru avec d’autres touristes et locaux pour dégager le scooter qui reposait sur elle et lui demander si tout allait bien. Elle avait quelques bleus et égratignures mais elle s’est directement relevée et semblait davantage dégoûtée pour le scooter qui avait pris quelques pets. Avec tous ces accidents (et l’amende reçue au Vietnam), nous avons maintenu une allure tranquille entre 30/40 km/h, ce qui nous laisse bien le temps de découvrir tous ces paysages. Sur ce petit périple, nous avons été au supermarché (le seul ici) pour acheter notre petit déjeuner que nous avons dégusté au bord d’une plage sympathique…

 

 

 

Après cette balade très intéressante et super jolie malgré un temps très nuageux, nous sommes revenus à notre bungalow pour regarder l’itinéraire vers cet arbre un peu perdu. Les informations étaient loin d’être claires, nous avons juste compris que l’arbre se trouvait sur une baie difficilement atteignable, au fin fond de la jungle. Il en fallait plus pour nous décourager ! Nous avons enfourché ce petit scooter et nous avons commencer à nous enfoncer dans la végétation… Disons que les routes bitumées ont laissé place à des chemins approximatifs, couverts de trous, de cailloux et de grosses flaques d’eau suite aux nombreux orages qui sévissent depuis quelques semaines dans les environs. Des montées, des descentes et des virages dignes de parcours de moto cross, seulement nous n’avions pas vraiment le bolide adapté ! Fort heureusement, en vrai pilote, Loick a su gérer l’itinéraire et esquiver tous les lézards et les iguanes qui traversaient la route ou se faufilaient sur le bas côté ! Quand on vous dit que c’est sauvage… Après plus de 30min sur ces chemins hasardeux, nous nous retrouvons nez à nez avec un accès privatisé avec une barrière et un petit poste de contrôle. Un peu déçus de se dire que l’entrée est surement payante, nous allons discuter avec le thaïlandais dans sa petit cabane. Ce dernier nous informe qu’il travaille pour un gros resort, voilà pourquoi l’entrée est bloquée, mais pour aller au Big Tree, il suffit d’emprunter le chemin qui se trouve sur la gauche.  Il nous met en garde en nous disant que pour y aller, c’est un trek de 2h dans la jungle normalement, que le chemin est très dangereux et qu’il faut absolument un guide local. N’étant pas surs de son honnêteté puisqu’il souhaitait nous vendre le trek, nous nous lançons tout de même à l’assaut de ce nouveau parcours.

 

 

 

Comment vous dire… La terre sur laquelle il était déjà difficile d’avancer à laisser place à du sable très glissant. Alors que nous avons atteint les hauteurs de ce chemin d’où l’on pouvait distinguer la baie et admirer la mer, il a bien fallu descendre pour rejoindre la plage. Une fois dans cette descente qui semblait être le « boss final » de cette aventure, nous avons pensé à laisser le scooter ici, c’était sans compter sur l’esprit de compétition de Loick. Sentant le scooter glissait, dès les premiers instants, j’ai vite quitté le navire. Ça n’a pas forcément arrangé les choses puisqu’en tongs ou en scooter le résultat était le même, on s’est retrouvé en bas tels deux surfeurs en train de glisser sur la vague. Nous avons donc garé le scooter en bas, et nous sommes partis à la découverte de cette baie, et le moins qu’on puisse dire, c’est que nous étions vraiment tout seuls ! Depuis que nous nous sommes enfoncés dans la végétation en début d’après midi, nous avons croisé un scooter et un 4×4 (en 1h de route), et depuis que nous empruntés ce chemin compliqué, nous sommes rien que tous les deux. Un premier coup d’œil à droite et à gauche, pas de Big Tree en vue. Par contre, les montagnes étaient impressionnantes, la vue magnifique, l’endroit totalement abandonné. Au loin, nous avons pu apercevoir que la roche était récemment tombée, l’éboulement ayant probablement eu lieu dans la nuit. Conquis par l’aventure et le sentiment d’être de véritables explorateurs, nous avons fait le tour de la baie en quête de l’arbre sacré. Au bout de quelques mètres, nous entendons plusieurs bruits d’oiseaux et beaucoup de mouvements dans les arbres. On observe quelques oiseaux s’envoler et on remarque qu’ils sont vraiment grands et qu’ils ont des couleurs particulières… On s’approche sans qu’ils s’envolent et… SURPRISE ! Des TOUCANS ! Perchés à quelques mètres de nous, nous avons observé ces oiseaux noirs et blancs avec un bec jaune gigantesque. Franchement, nous ne pensions honnêtement pas en voir pour de vrai dans leur milieu naturel, ça nous a vraiment touché… Ils étaient 3 à se tourner autour et à faire leur vie dans les arbres sans se préoccuper de notre présence. Toujours captivés par notre objectif de trouver l’arbre, nous avons tenté de traverser la baie et d’aller contourner le gros rocher se trouvant sur la gauche, pensant qu’il se trouverait peut être de l’autre côté. Nous avons donc avancé dans ce mélange de sable et de vase, en esquivant toujours les crabes (qui sont noirs avec des pinces rouges ici), et en tentant de ne pas y laisser nos tongs. Finalement, nous n’avons rien trouvé autour si ce n’est des cailloux. En revenant sur la baie, certains toucans ont commencé à s’envoler, et comme le spectacle était magnifique, Loick a fait un peu de bruit pour qu’ils jaillissent tous depuis les arbres et qu’ils partent ensemble au large. Au final, ils étaient une vingtaine et c’était vraiment très beau…

 

 

Ce moment était bien sympathique mais il a fallu repartir… C’est là que les choses se gâtent ! Si la descente était fastidieuse, je vous laisse imaginer la montée. En bas, notre pilote national m’a lancé un petit « t’inquiètes j’étudie le chemin, ça va le faire ». Tellement bien étudié qu’au bout de la première minute, on s’est retrouvés totalement embourbés. Je vous laisse imaginer la difficulté en tong et sous cette chaleur de pousser ce scooter jusqu’en haut. On s’est retrouvés pieds nus, coupés par les pierres au sol, en train de glisser tout en essayant de monter cette machine tant bien que mal. A chaque mètre parcouru, la roue continuait à tourner dans le vide, si bien que le voyant de la température s’est allumée. Il a donc fallu l’éteindre et le maintenir, ce qui est d’autant plus compliqué, qu’on ne pouvait pas nous même se maintenir. Ne sachant pas bien gérer le guidon, j’étais à l’arrière en train de me prendre la boue, le sable et les cailloux en pleine gueule, si bien qu’une fois en haut, on ne pouvait même plus distinguer un bout de peau chez moi qui ne soit pas marron. On en a bien rigolé après, mais je vous jure que pendant, on commençait à désespérer et à se dire qu’on allait devoir dormir ici et élever des bébés toucans pour le reste de notre existence. Une galère d’au moins 30 minutes qui nous aura valu notre dose d’exercice pour la journée ;). Nous avons pu faire le retour sans trop de problème et nous sommes repassés au supermarché pour acheter toute notre nourriture pour les deux jours à venir, afin d’éviter de se retrouver à dépenser tout notre budget dans les restaurants environnants.

 

 

 

Une bonne journée bien remplie, comme on les aime….

 

 

 

Prochaine destination : Koh Yao Noï, des idées?

 

 

Vues récemment

J+353 Le grand retour !

J+352 L’alphabet des villes…

J+351 Terminer nos tatouages…

J+349 Rencontrer Himanshu…

J+348 Dire Chalo Chalo au conducteur !

Disqus shortname is required. Please click on me and enter it

02 Comments

  1. Christèle

    C’est pas sûr que les tongs soient les chaussures idéales pour ce genre d’expédition…😊

    27 mai 2018 Répondre
    • Orane_Lbt

      Effectivement ce n’était pas la meilleure des idées ! On était loin de se douter qu’on allait entreprendre cette expédition 🙂

      1 juin 2018 Répondre

LEAVE A COMMENT

%d blogueurs aiment cette page :