J+263 Découvrir la plongée à Mango Bay !
Asie du Sud Est Défi Koh Tao Thaïlande Uncategorized

J+263 Découvrir la plongée à Mango Bay !

Défi n°187 proposé par Salomé Perreon : « Un petit tête à tête avec des millions de poissons à Mango Bay! »

 

Pour ce défi, nous n’avons pas fait les choses à moitié. Depuis notre arrivée sur le continent, nous avons croisé pas mal de passionné(e)s de plongée qui nous ont fortement encouragé à passer nos brevets afin de profiter des meilleurs spots qui se trouvent en Asie. Nous avons donc choisi de passer notre premier niveau sur Koh Tao, d’une parce qu’il s’agit d’une des premières îles que nous faisons et que nous en avons besoin pour les prochaines, de deux parce que les fonds marins sont très riches et que l’île est assez préservée, et pour une dernière raison (et pas des moindres), il s’agit de l’endroit le moins cher (au monde) pour passer ce brevet. Les prix vont de 7500 bahts à 10000 bahts (200 à 260€) pour ce 1er brevet appelé Open Water, valable dans tous les pays du monde, qui permet de pouvoir plonger jusqu’à 18m de profondeur.

 

Dès notre arrivée sur l’île, nous nous sommes mis à la recherche de notre club. Et honnêtement le choix est loin d’être simple car il y a un club tous les 50m. Fort heureusement, nous avions rencontré un couple de français en Birmanie qui nous avait passé le nom d’un club et d’un moniteur (Patrick) qui fait des cours en français très professionnels et personnalisés. Nous nous sommes donc rendus à Pearl Diving, près du port, où ce cours est à 8800 bahts (232€). Il était certes un peu plus cher que les autres mais nous allions être seuls avec le moniteur pour la théorie comme pour la pratique, avec toujours 1 moniteur pour seulement 2 plongeurs dans l’eau. Nous avons également vu toutes leurs certifications, leurs prix, leur matériel bien entretenu, avec 4 plongées directement en mer, et nous nous sommes dit qu’il valait mieux mettre quelques bahts supplémentaires pour être certains d’être bien encadrés (surtout pour une activité comme celle ci qui peut s’avérer dangereuse). Après avoir vu sur le chemin, des dizaines d’apprentis plongeurs en piscine très mal encadrés, notre choix s’est confirmé.

 

Nous avons donc réservé nos cours et nous sommes arrivés le lendemain à 9h pour commencer la théorie avec Patrick, qui exerce ce métier depuis plus d’une trentaine d’années avec 6000 plongées à son actif. Pendant une matinée, nous avons pu apprendre tout ce qu’il fallait savoir sur le matériel, son utilisation, sur les cours d’Open Water et l’organisme avec lequel nous le passons (SSI), mais surtout sur les effets de l’eau en profondeur. Nous avons pu revoir des notions de densité, de force, de flottabilité, comprendre que dans l’eau nous sommes soumis à de fortes pressions qui augmentent tous les 10m et qui agissent sur tout notre organisme, que les couleurs sont absorbées au fur et à mesure que l’on descend (à 40m, on ne voit plus qu’en noir/vert/violet foncé), que l’on voit les choses 33% plus proche et 25% plus gros. C’était vraiment très intéressant et le fait de n’être que deux avec Patrick nous permettait de lui poser pleins de questions pour être surs d’avoir bien compris.

 

Nous avons fait une petite pause puis nous avons commencé notre aventure sous marine en allant plonger au spot nommé Japanese sur une île voisine. Sur le bateau, nous nous sommes équipés, nous avons fait toute les vérifications et préparer notre matériel, avant d’aller admirer cette vue magnifique. Une fois dans l’eau, nous avons fait 30min d’exercice pour être préparés à toute situation (Si on souhaite enlever l’eau du masque, si on nous arrache notre détendeur par lequel on respire, etc…). Une fois les exercices validés, nous avons commencé notre balade dans ces eaux turquoises avec des centaines de poissons multicolores. Nous ne savions plus où donner de la tête, nous étions juste émerveillés, bouche-bées de découvrir ce monde sous marin, avec la sensation d’être en totale apesanteur. Une première plongée à 8m qui s’est super bien déroulée, avec les compliments de notre moniteur car nous avons réussit tous les exercices du premier coup, et que pendant la balade nous n’avons pas utilisé tout notre oxygène. Normalement, avec le stress et le fait que ce ne soit pas très naturel de respirer dans un appareil, les personnes ont tendance à consommer rapidement l’air de la bouteille la première fois. Nous étions tout fiers que ça ne soit pas notre cas, que tout ça soit très naturel, très fluide; de vrais poissons dans l’eau..! La deuxième plongée qui a suivit la première, à 1h d’intervallen au deuxième spot nommé « Twins » fut encore plus géniale. Nous sommes descendus jusqu’à 15m, et nous avons eu l’occasion de voir de vraies raies mantas, des némos dans leur anémone, des poissons ballons, un gros merlu géant caché dans sa grotte et tellement d’autres poissons colorés qui nous entouraient comme si nous faisions partis du même monde. C’était incroyable, c’était magique. C’est déjà une sensation que l’on ressent depuis qu’on est parti, mais c’est aussi dans ces moments que tu réalises que tu ne veut être nul part ailleurs et que tu adores ta vie, tout simplement.

 

Après cette expérience dont nous avons longtemps discuté (faut dire que sous l’eau, la communication est assez sommaire ; ça va ? Oui et toi? Oui), nous sommes revenus sur toutes nos observations des plantes comme des poissons. Nous en venons à la fameuse soirée racontée dans l’article précédent où nous avons retrouvé Mélina, Max et Prune au bord de leur bungalow pour leur dernière soirée sur l’île. Un peu tiraillés entre le fait de profiter du fait de se retrouver au même endroit et de se ménager pour la plongée du lendemain (sachant que nous devions étudier 2 chapitres de nos cours en ligne). Pour autant, nous avons finalement passé notre soirée et une partie de la nuit en leur compagnie, bien conscients que ce n’était peut être pas la meilleure idée pour le lendemain…

 

Réveil à 8h assez compliqué, nous avons filé au club pour une deuxième partie théorique sur les risques liés à la plongée. Comment vous dire… Quand tu vois tout ça, tu veut partir en courant et ne plus jamais retourner dans l’eau. Une déchirure des poumons, les bulles d’azote qui se retrouvent sous la peau si on remonte trop vite, et ça va jusqu’à l’embolie gazeuse pulmonaire avec perte de conscience, il faut rentrer dans un caisson de décompression et prier pour que le sang re-circule rapidement et n’ait pas fait de séquelle. Ajoutons à ça les risques liés aux oreilles, aux sinus et aux yeux qui peuvent vous rendre sourd et aveugle en un rien de temps. Nous en avons appris un dernier qui est assez « drôle » c’est la narcose à l’azote. Plus on plonge profond, plus la quantité d’azote augmente et s’infiltre par les pores de la peau (c’est pour ça qu’on se sent fatigué après la plongée et que nous avons l’interdiction de prendre l’avion dans les heures qui suivent). A une certaine profondeur, ça peut devenir toxique et les personnes qui présentent cette « pathologie » agissent comme si elles étaient totalement bourrées. Elles font n’importe quoi et la seule façon de remédier à ça, c’est de remonter et l’effet disparait, la personne ne se souviendra plus de rien. C’est arrivé à notre moniteur lors d’une plongée à 30m, où une fille utilisait son détendeur de secours pour arroser les poissons d’oxygène, il l’a donc ramené un peu plus en hauteur et elle avait totalement oublié ce qu’elle venait de faire. Elle aurait été seule, elle aurait probablement vider son air sur les poissons et aurait été sacrément en danger. Une fois que tu l’as vécu, tu connais tes limites, cette madame là ne pourra pas plonger au 30m car c’est le seuil où l’air devient toxique pour elle. (Normalement ça arrive dans de plus grande profondeur).

 

Une fois notre test théorique passé et validé (avec 3 et 4 fautes au QCM), nous sommes retournés en mer à Mango Bay. Nous avons débuté par certains exercices à 3m dans le cas où nous sommes à cour d’air sans binôme, si nous devons remonter dans l’urgence etc.. Pendant les exercices, j’ai ressenti une vive douleur à l’oreille lorsqu’il a fallu rapidement redescendre puis remonter. L’équilibrage ne sait pas correctement fait, les variations de profondeur étaient trop rapides même à 3mètres. Pour la suite de la balade, j’ai donc fait attention de descendre tout doucement mais j’ai continué à ressentir une petite gêne tout du long. Pendant cette plongée, Loick aussi a eu un problème, cette fois ci au sinus, qui a engendré une douleur juste au dessus des yeux. Patrick l’a rejoint, lui a fait quelques exercices sous l’eau et nous sommes repartis de plus belle. A cause de ces petits problèmes de « santé », nous avons un peu moins apprécié la balade, bien que les fonds marins étaient tout aussi jolis. Ce n’est que lors de la deuxième plongée que nous avons effectué une nouvelle fois à « Twins » que nous avons retrouvé cet émerveillement et cette sensation indescriptible. Nous nous sommes baladés près du corail, et sur d’autres parties du site, en atteignant les fameux 18m de profondeur. A vrai dire, le plus compliqué ce sont les premiers mètres parce que c’est le moment où il y a de plus grands changements de pression, mais une fois passé ce stade, on ne se rend vraiment plus compte qu’on se trouve sous l’eau. A aucun moment nous n’avons eu le sentiment d’étouffer, la peur d’être aussi profond, d’autant que l’eau était tellement transparente que la surface paraissait toujours atteignable. Il y a tellement de choses à observer que nous n’avons pas le temps de prendre du recul sur la situation et réfléchir à tout ce qui pourrait nous arriver.

 

Vous l’aurez compris, nous avons plus qu’adoré l’expérience et nous sommes repartis du club de plongée avec nos cartes officielles de plongeurs, prêts à les utiliser à nouveau pour retrouver ces sensations qu’on ne peut ressentir que sous l’eau, et prêts à découvrir toute cette vie sous marine que nous sommes bien loin d’imaginer à la surface…

 

 

(PS: Notre go pro ne peut pas aller aussi profond (avec la pression plus possible d’appuyer sur les boutons), c’est donc notre moniteur qui nous a filmé. Je ne suis pas sur que ce soit très représentatif de tous les poissons que nous avons vu et de cette impression d’être constamment dans un aquarium géant, mais ça vous donnera tout de même un petit aperçu de l’expérience)

 

Prochaine destination : Koh Tao, des idées?

Vues récemment

J+353 Le grand retour !

J+352 L’alphabet des villes…

J+351 Terminer nos tatouages…

J+349 Rencontrer Himanshu…

J+348 Dire Chalo Chalo au conducteur !

Disqus shortname is required. Please click on me and enter it

02 Comments

  1. Christèle

    C’est juste fabuleux … Félicitations pour votre brevet 👍👏
    Tant qu’on a pas plongé on ne se rend pas compte de la beauté du monde sous marin 🐠🐟🐡🦑🦀🐙🐬
    Nous avons fait notre baptême à Bali et ça reste un souvenir magique. D’ailleurs comme vous allez vous y rendre en juin allez plonger à Tulamben sur l’épave du bateau US. Et si vous allez aux îles Gilli (gilli Travangan) je vous donnerez l’adresse d’un club de plongée.
    Après une telle expérience quand tu vois «  Némo » tu as l’impression d’y être

    19 mai 2018 Répondre
    • Orane_Lbt

      Merci tata ! On ne peut pas être plus d’accord avec toi, c’était magique et unique, faut le vivre pour le croire :). Et même l’instructeur nous a confirmé que les espèces qu’on retrouve dans némo et toute cette organisation sous marine était bel et bien fondée !
      J’imagine bien… Malheureusement, on ne passe pas à Bali, si ce n’est pour l’aéroport, on aura donc pas l’occasion de plonger sur Tulamben et sur Gilli. Par contre, on se rend justement en Indonésie pour la plongée à Komodo, à Bunaken et sur les îles Togian, ça devrait valoir le coup ! On filmera ça pour vous montrer :).

      21 mai 2018 Répondre

LEAVE A COMMENT

%d blogueurs aiment cette page :