J+22/23 A l’arrière d’une voiture de police argentine
Amérique du Sud Argentine Buenos Aires Défi

J+22/23 A l’arrière d’une voiture de police argentine

Défi n°23/24 : Êtres escortés par la police argentine

 

Vous l’aurez compris, nous n’avons pas vraiment pu réaliser de défi digne de ce nom, ou parmi la liste déjà bien fournie de toute vos propositions en raison de plusieurs galères. Tout d’abord, nous avons été à deux doigts de manquer notre bus en direction de Buenos Aires à cause de la non-organisation des bus de ville Paraguayens qui s’arrêtent quand ils l’ont décidé, c’est à dire, pas souvent. On est tombé sur un bus pas forcément grand standing qui est parti avec une petite heure de retard. Une fois en route, après 1h de trajet, nous avons du passer la frontière Paraguay/Argentine et là gros bordel ! Ils ont forcément vider tous les bus, nos affaires y compris. Au moment d’aller les récupérer, plusieurs mecs nous sont tombés dessus, ont commencé à prendre nos affaires, à nous demander si on avait quelque chose d’électronique dedans tout en nous parlant d’une taxe ou d’un truc à payer, qu’on pourrait pas passer la frontière avec quelque chose d’électronique puisque c’était interdit. Ils nous ont emmené nos bagages mais on s’est vite rendu compte qu’ils avaient fait ça que pour nous et que tous les autres avaient leurs valises et sacs avec eux. Loick est donc allé voir les mecs en exigeant qu’ils nous rendent nos affaires, ils ont d’abord insisté puis les ont finalement rendu. On a du attendre bien 30min sous la pluie en pleine nuit (19h) pour le tampon dans le passeport mais le plus long a été justement l’attente pour faire vérifier les valises et passer sous l’arche magnétique. 1h30 plus tard nous voilà ressorti avec toutes nos bagages et nos sacs vérifiés et en les remettant dans le bus ces mêmes gars ont exigé de l’argent qu’on leur a pas donné. Une fois revenu dans le bus, ils ont passé plusieurs films à la télé et on s’est fait engueuler en espagnol parce qu’on parlait trop fort, adieu le défi de la marseillaise…

 

A notre arrivé à Buenos Aires 22h plus tard, il nous fallait trouvé le chemin de notre Airbnb. Or, nous n’avions pas prévu le téléchargement du plan de la ville et surtout nous avions une adresse totalement approximative. On a donc passé encore 1h30 pour tenter de trouver la wifi et donc le trajet jusqu’à notre logement. Un gentil monsieur qui tenait une petite boutique religieuse a passé 1h avec nous pour nous donner son wifi mais c’était très lent et le réseau faisait que ce couper ce jour là. La seule chose que nous avons réussi à obtenir c’était le numéro de bus et l’arrêt auquel il fallait descendre. Aux informations touristiques, on nous a donné un plan et une carte de bus rechargeable. N’ayant pas trouvé de kiosque pour la recharger, on s’est mis en route pour prendre le bus quand même. Nous étions à la gare routière retiro à Buenos Aires en train d’attendre le bus 150 et tout à coup on se reçoit quelque chose sur nous. Au début on pensait que quelqu’un nous avait jeté un truc puis on se rend compte que c’est surement des cacas de pigeon. On en avait littéralement partout alors on s’essuie, on pose les sacs pour les nettoyer et une dame enceinte vient vers nous, rigole assez fort pour qu’on se retourne et nous tends gentiment un mouchoir pour nous essuyer. On refuse au début puisqu’on s’est essuyé avec mon gilet puis elle nous raconte quelque chose en espagnol et nous montre que derrière nous, nous en avons aussi. Du coup, on se retourne pour se nettoyer pendant qu’elle nous montre les endroits où nous étions salis, et 30 secondes plus tard, au moment de reposer les yeux sur nos sacs, l’un de nos sacs à dos n’était plus là. La dame en question étant elle même déjà à 10m de nous en nous disant Ciao. Personne ne court, personne ne crie, les policiers sont à 50m, le panneaux au dessus de l’arrêt de bus indique que la zone est surveillée et pourtant il nous manque un sac. Là, une dame avec une bible à la main vient nous voir toute affolée et on comprends quelques minutes plus tard qu’elle nous parle de nos ravisseurs, trop tard pour qu’on se lance dans une course poursuite. On va voir la police à 50m, la dame leur explique pour nous la situation avant de nous faire un bisous la bible sur le cœur, navrée pour nous… Les policiers nous parlent d’assurance et nous disent qu’on peut porter plainte. Pas plus inquiété que ça, pas plus choqué que ça, pas prêts à se lancer dans une course poursuite inutile. Le commissariat n’étant pas tout prêt et peut être par pitié pour ce qui venait de nous arriver, ils nous ont escorté à l’arrière de leur voiture jusqu’au commissariat. S’en suit 3 longues heures de google translate pour réussir à porter plainte. Entre temps on cogite, on se refait la scène, on se dit « comment ça a pu arriver? », « est-ce qu’on s’est vraiment fait chier dessus? » en rigolant nerveusement, « et d’ailleurs comment on lui dit au policier que c’est à cause d’un foutu pigeon qu’on était distrait? ». On commence à se dire que c’était peut être un coup monté, puis non d’un côté c’était une femme enceinte toute mignonnette elle peut pas être dans le coup, mais d’un autre côté ça ressemble pas à de la merde de pigeon ce qu’on s’est reçu en pleine tronche. Bref, le policier pas choqué du tout par ce qu’on raconte. On fini la plainte et notre destination étant encore bien loin du commissariat, hors de question de tout se retaper à pied, de ré-attendre à l’arrêt de bus et de prier pour la wifi en arrivant pour prévenir notre hôte qui doit peut être s’inquiéter. On demande donc aux policiers la possibilité de nous emmener jusqu’à notre destination en leur disant que c’est notre premier jour, qu’ils nous ont tout volé. Par chance, ils acceptent et nous escortent, parlent au chauffeur du bus et nous font monter gratuitement. Avec tout ça la nuit tombe et on a toujours pas notre adresse. On est donc rentré demander le mot de passe wifi d’un ibis hotel et nous avons pu enfin trouver l’adresse et l’itinéraire pour s’y rendre. Arrivés devant personne, sonnette qui fonctionne pas, on toque, on crie et miraculeusement quelqu’un nous entend et nous ouvre. L’hôte n’était pas là et attendait qu’on la contacte. On nous a montré notre chambre et on a pris LA DOUCHE DU SIÈCLE, parce qu’avec cette odeur sur nous pendant 4h on était à deux doigts de gerber. Puis, toujours intrigué par ce qu’il venait de nous arriver, on a cherché sur internet et là grande surprise ! On est tombé sur des dizaines de forums avec des gens qui racontent la même histoire, au mot près. Même endroit, même mode opératoire : On vous balance quelque chose dessus, une dame propre sur elle vous tend un mouchoir et vous distrait et ses acolytes s’emparent du sac. ON S’EST FAIT BAISER ! Sentiment partagé ; contents de savoir qu’on était pas tout seul et qu’il s’agissait d’une vraie arnaque et dégoutés de pas avoir lu ça plus tôt et qu’ils aient utilisé une femme enceinte (si ça se trouve avec un faux ventre). En conclusion : 2 go pros et les accessoires volés, le chargeur d’Iphone, le chargeur de montre, les portefeuilles avec carte vitale et carte d’identité (mais on s’en fout y a pas les passeports ni carte bleue), et d’autres conneries (moustiquaire, k-ways, jumelles, ….). Ça nous servira de leçon et ça mettra tout le monde en garde, on l’espère.

 

On se laisse pas abattre, c’est une mauvaise expérience mais c’est que du matos, on continue notre petit voyage sans se focaliser là dessus (Vous aurez juste plus de vidéos de nous pour le moment). Sinon la ville a l’air très jolie bien qu’un peu chère. Aujourd’hui on s’en va rejoindre notre première expérience de volontariat, on est impatient de découvrir tout ça !

 

Prochaine destination : Général Rodriguez (Buenos Aires) pour du volontariat, des idées?

Vues récemment

J+353 Le grand retour !

J+352 L’alphabet des villes…

J+351 Terminer nos tatouages…

J+349 Rencontrer Himanshu…

J+348 Dire Chalo Chalo au conducteur !

Disqus shortname is required. Please click on me and enter it

04 Comments

  1. Pasquier

    C’était quand même un peu surprenant que tout aille bien dans le meilleur des mondes dans cette région du monde ! Bonne chance pour la suite, attendez le Pérou pour la marseillaise

    25 septembre 2017 Répondre
    • Orane_Lbt

      C’est clair, on était tombé que sur des gens sympathiques depuis le départ mais fallait bien une exception pour confirmer la règle ! On est avertis maintenant, là c’était quand même une sacrée mise en scène… Oui on a pleins d’autres trajets de bus pour se rattraper 😉

      26 septembre 2017 Répondre
  2. Sandra

    Et bien voilà comme j’ai pu l’entendre lors de mes merdouille de voyage c’est ça l’aventure. Ça fait grave chier mais non c’est que matériel

    25 septembre 2017 Répondre
    • Orane_Lbt

      Oui c’est sur ! C’est pas si grave que ça, on a rien eu c’est le principal 🙂

      26 septembre 2017 Répondre

LEAVE A COMMENT

%d blogueurs aiment cette page :