J+214 Visite du temple blanc !
Asie du Sud Est Chiang Rai Défi Thaïlande

J+214 Visite du temple blanc !

Défi n°159 proposé par Salomé Perreon : Se rendre au temple blanc ; le Wat Rong Khun !

 

 

Nous voilà presque requinqués, presque comme neufs, donc nous avons profité de cette brèche de bonne santé pour partir sur un petit périple aux alentours de Chiang Rai ! Pour cela, nous avons été louer un scooter à la journée qui revenait moins cher que de faire simplement l’aller retour en tuktuk jusqu’au temple blanc (300B en tuktuk/ 200B la location du scooter). Nous avons donc enfourché ce nouveau bolide, bien différent de la moto que nous avions loué il y a peu de temps, mais malgré tout, il était beaucoup plus performant que ce que nous pensions.

 

 

 

 

Nous avons parcouru une bonne dizaine de kilomètres avant d’arriver au Wat Rong Khun, et nous avons été tout de suite subjugués par son allure ! Il ne ressemblait en rien aux temples que nous avions pu visiter jusqu’à présent. Nous avons payé notre droit d’entrée (50B) et nous avons été admirer de plus près tous ces ornements, ses sculptures et ses détails. C’était vraiment bluffant et ce sentiment s’est accentué lorsque nous avons découvert à l’entrée du temple, toutes ces mains et ces crânes qui semblaient sortir de terre. Un peu sordide certes, mais vraiment bien fait. A l’intérieur, nous retrouvons des bouddhas superposés par « hiérarchie » avec à leurs pieds, une statue de moine bouddhiste tellement bien faite que nous sommes restés un moment à observer sa poitrine pour voir s’il respirait ! C’était vraiment une visite qui valait le coup, merci à Salomé pour le défi ;).

 

 

Nous nous sommes ensuite arrêtés au Wat Phra Kaew. Il s’agit d’un temple un peu moins excentrés, célèbre pour la statue de bouddha en jade. Sur les lieux toujours aussi calmes, on retrouve des bassins remplis de tortues d’eaux qui barbotent et bronzent au soleil. En rentrant dans ce petit temple, on retrouve la statue en émeraude très bien décorée. Pour la petite histoire, nous avons appris que l’originale était à la base cachée dans un stupa en stuc, mais elle fut découverte lorsque la foudre s’est abattue sur le stupa en 1434. Depuis, elle a fait pas mal de chemin et s’est retrouvée à Bangkok, c’est pourquoi celle que nous avions devant est une fidèle réplique de l’originale. (Vu nos yeux d’experts, on y a vu que du feu ;)). Il y avait également un musée, où était entreposés de nombreux objets en tout genre, d’époques très différentes mais toujours en lien avec le bouddhisme (manuscrits, statues,…).

 

 

 

Pour le troisième et dernier arrêt de la journée, nous avons rejoint le Wat Rong Seua Ten, autrement dit le temple bleu qui se situe de l’autre côté du pont. De la même façon que le temple blanc, nous avons été choqués d’entrée de jeu par la structure, le style et la couleur bien évidemment. Comme celui visité plus tôt, son nom est vraiment très équivoque puisqu’à l’intérieur, comme à l’extérieur, tout est bleu ! C’était vraiment magnifique ! Les peintures et cette grande statue de bouddha blanche au milieu de ce décor, c’est assez incroyable. Le temple est assez récent puisque la construction a débuté en 2005 sur les ruines d’un ancien temple et qu’elle n’est toujours pas achevée. Le moins qu’on puisse dire c’est que ces visites nous en ont mis pleins les yeux !

 

 

 

Mon récit aurait pu s’arrêter là, mais, c’était sans compter sur la spontanéité de Loick qui a tout bonnement décidé… de se faire tatouer ! Pour recontextualiser la chose, depuis notre arrivée, nous avons repéré un tatoueur à quelques pas de notre hôtel. En allant établir un premier contact, nous avons su qu’il avait appris auprès de ces maîtres spirituels au fin fond de la montagne et qu’il faisait principalement des tatouages thaï depuis une dizaine d’années. En nous montrant son travail, nous avons été séduit, d’autant que la cabane est vraiment cachée en bordure de route, il fallait vraiment le trouver ! Loick n’ayant pas une idée précise de ce qu’il souhaitait, nous sommes rentrés à l’hôtel. Néanmoins, en parcourant les sites de tatouages thaïlandais, Loick est retombé sur un signe que nous avions vu dans sa boutique et qui a des significations qui l’ont séduit. Ni une, ni deux, sur le chemin du scooter, nous avons pris rendez-vous pour le soir même, un peu inquiets qu’il puisse le faire avec une taille beaucoup plus réduite, bien conscients que ce signe possède de nombreux détails. Le scooter rendu, nous avons suivi la procédure de savonnage, rasage et grignotage et nous avons débarqué dans sa cabane. Il nous présente le dessin que nous validons à 300%, d’autant que c’était la taille souhaitée. Il n’en fallait pas plus pour que Loick se retrouve assis sur une chaise en bois, un coussin sous l’aisselle, éclairé par une ampoule qui flottait dans la pièce, avec devant lui, un thaïlandais tatoué qui a vêti son plus beau chapeau, enfilait ses gants et a commencé son travail. Au bout d’une bonne heure et de quelques bières, le travail était terminé ! Loick était désormais tatoué d’un Yant Paed Tidt ou autrement appelé la boussole du voyageur. Les 8 sommets symbolisent les directions de l’univers et c’est un symbole de protection dans tous les déplacements. Pour notre tatoueur, ce tatouage est également un symbole de chance dans les domaines de la famille, du travail et de l’amour. En plus de cette signification, entre chaque direction, nous retrouvons des kata(s), des prières pour activer la puissance du tatouage:

  • Ma Hah Saneh : Attirance du sexe opposé.
  • Klaeoklad : Le porteur ne sera pas blessé en cas d’ accident.
  • Chana Satru : L’ habilité de battre un ennemi.
  • Ma Hah Amnat : Donnera au porteur puissance, autorité et contrôle sur les autres.
  • Chana Upasag : L’ habilité de dépasser les ennuis.
  • Noon Chatah : Forcera le destin, dans le bon sens.
  • Kong Kra Phan : Protection magique et invincibilité.

Nous pensions que le tatouage était terminé quand notre tatoueur a demandé à Loick de faire le vide dans sa tête. Suite à cela, il a récité des prières et lus tous les katas afin de d’ « encenser/adouber » ce tatouage et de lui donner toute sa puissance. Très peu de tatoueurs sont habilités à faire ça (aucun en Europe), et il faut avoir suivi un vrai rite d’initiation auprès des moines pour être capable d’ « activer » en quelque sorte le tatouage. Nous étions un peu fascinés par la méthode, et notre tatoueur a ajouté qu’il fallait manger végétarien le jour de sa naissance (lundi) pour que les bienfaits notés sur ce tatouage puissent continuer à être prodigués. Un tatouage typique et lourd de sens qui a été réalisé minutieusement. Du beau travail ! :).

 

 

 

Prochaine destination : Luang Prabang, des idées?

 

Vues récemment

J+353 Le grand retour !

J+352 L’alphabet des villes…

J+351 Terminer nos tatouages…

J+349 Rencontrer Himanshu…

J+348 Dire Chalo Chalo au conducteur !

Disqus shortname is required. Please click on me and enter it

02 Comments

  1. fabienne

    Très beau tatouage, et surtout très typique dans sa réalisation….

    30 mars 2018 Répondre
    • Orane_Lbt

      Merci maman ! Effectivement, ça lui rajoute de l’authenticité :).

      7 avril 2018 Répondre

LEAVE A COMMENT

%d blogueurs aiment cette page :